Feeds:
Articles
Commentaires

Nouveau blog/New blog

Déménagement sur www.durnakans.com .

Publicités

Twitter

Twitt twitt !

Banner/Bannière

Bilingual version/version bilingue

EN

After several weeks with the old banner, here’s a new one. I think it is better, even if it was not hard to do better. ^^  » The new banner combines the old and an arranged  drawing obtained by a commission of the great Chilean comic artist Andalar on deviantART. I hope you like it.

As for the scenes, big changes in writing to come, but I will tell you a little more when he really started.

See you then. 😉


FR

Après plusieurs semaines passées avec l’ancienne bannière du blog, en voici une nouvelle. Je pense qu’elle est meilleure, même si ce n’est pas dur de faire mieux. ^^ » Cette nouvelle bannière combine l’ancienne arrangée et un dessin obtenu grâce à une commission du génial dessinateur chilien de comics Andalar, sur le site deviantART. J’espère que vous aimez ça.

Du côté des coulisses, de gros changements au niveau de l’écriture sont à venir, mais je vous en parlerai un peu plus quand il sera vraiment lancé.

À bientôt, donc. 😉

Bilingual version/version bilingue (pour les Frenchies, c’est plus bas ^^)

EN (sorry for my bad level…)

After months of struggle, I finally tamed the new prologue Eriellonan (Vol 1 of Dark Furs) just before the beginning of the tests which finally allowed me to go over the 25,000 signs! Admittedly, this is a first draft, errors and clichés too big already skipped me in the eyes but as the story will not be affected itself, rewriting can wait. After all, this is only the first version, and I prefer to argue that stuck on the same piece of text for six months before abandoning the novel to the bottom of a folder on my USB stick.

I am also documented a bit before I start rewriting the first chapter, whose first version dates back almost a year. My fishing expedition is not very extensive because my university exams are completed since Monday night, but I already found a couple of things interesting. For example, did you know that the starting salary for an FBI agent is about $ 50,000, and it must then determine how it may change depending on seniority and promotions, which ultimately give credible sites that will justify her place of residence, her choices of clothing, food, health, or recreation? Right now my look is particularly focused on land prices and choice differences between districts in relation to FBI headquarters, just to squeeze one of my three main characters.

It is therefore a long process, and I feel less and less ready to hunt me down in a header rewrite. This technique has been an embarrassing failure for Durnakans, vol. 1. I think so develop a synopsis and concrete forms of my characters before moving the nose to the grindstone, even if I don’t serve it completely.

Besides all that, I have to finish a small preview of a fanart for the Housepets!’ birthday, evacuate my frustration for not beta-reading for months on La Mare Aux Nénuphars (« The Pond With Water Lilies ») and heal a sore throat (angina is very disabling). –« 

Finally, thank you to Cassandra and Kikart to boost me the morale on my previous post, two members of the Allsoluces website which bore the first two thirds of my poor first draft of Durnakans 1 (poors… ^^ »).

FR

Après plusieurs mois de lutte acharnée, je suis enfin venu à bout du nouveau prologue d’Eriellonan (le tome 1 de Sombres fourrures) juste avant le début des examens, ce qui m’a enfin permis de dépasser la barre des 25 000 signes !  Certes, ce n’est qu’un premier jet, des erreurs et clichés trop gros m’ont déjà sautés aux yeux, mais comme la suite n’en sera pas affectée en elle-même, la réécriture peut attendre. Après tout, ce n’est qu’une première version, et je préfère avancer que rester bloqué sur le même morceau de texte pendant 6 mois avant d’abandonner le roman au fond d’un dossier de ma clé USB.

Je me suis également un peu documenté avant de me lancer dans la réécriture du premier chapitre, dont la première version date d’il y a bientôt un an. Ma pêche aux infos n’est pas encore très poussée à cause de mes examens universitaires qui ne sont terminés que depuis lundi soir, mais j’ai déjà trouvé deux trois choses intéressantes. Par exemple, saviez-vous que le salaire de départ d’un agent du FBI est d’environ 50 000 $, et qu’il faut ensuite calculer son évolution possible en fonction des années d’ancienneté et des promotions, ce qui au final donnera des emplacements crédibles qui vont justifier son lieu d’habitation, ses choix d’habillement, d’alimentation, de santé, ou encore de loisirs ? En ce moment, mes recherchent sont particulièrement axées sur le prix du foncier et du choix des différences entre les quartiers par rapport au siège du FBI (le lieu de travail), histoire de caser un de mes trois personnages principaux.

Il s’agit donc d’un travail de longue haleine, et je me sens de moins en moins prêt à me relancer dans une réécriture tête baissé. Cette technique a été un échec cuisant pour le tome 1 de Durnakans. Je pense donc développer un synopsis et des fiches en béton de mes personnages avant d’avancer le nez dans le guidon, même si au final je ne m’en servirais peut-être pas.

En plus de tout ça, je dois finir une petite préview d’un fanart pour l’anniversaire du webcomic Housepets!, évacuer ma frustration de ne pas avoir bêta-lu depuis des mois sur la Mare aux nénuphars et guérir d’une angine (c’est très handicapant, une angine).

Enfin, merci à Cassandra et Kikart pour m’avoir remonté le moral sur mon précédent billet, deux membres du site Allsoluces qui ont supporté les deux premiers tiers du piètre premier jet de Durnakans 1 (les pauvres…^^ »).

Suite à la Nuit de l’écriture de Samedi/Dimanche (voir l’article précédent), je peux dire que j’ai énormément de difficultés pour me forcer à écrire un premier jet. En fait, je n’ai même pas terminé mon nouveau prologue pour Sombres fourrures.

La raison ? Je passe mon temps à lire et relire les mêmes phrases, le même paragraphe, à chercher un meilleur agencement, une meilleure formulation. Je suis un pinailleur invétéré et très critique vis-à-vis de son propre travail.
Je suis pour l’instant incapable d’écrire sans trop me préoccuper de la forme, alors que j’ai déjà imaginé toute la trame. L’écart entre ce que j’imagine et ce qui est écrit se creuse chaque jour un peu plus.
Bref, côté écriture, le moral est dans les chaussettes.

Tout n’est quand même pas si noir : j’ai réussi à avancer de quelques lignes, et comparé à ce que j’ai écrit depuis un mois, c’est un véritable record.

Cela fait maintenant un mois que la travail à la fac et Wikipédia dévoraient mon temps libre comme pas possible. Certes, Wikipédia est facile à arrêter (quoique…), mais la fac… :s

Forcément, l’écriture s’en est fortement ressentie : j’avais une demi-heure par semaine pour écrire dans un bus bondé un nouveau prologue pour le premier tome de Sombres fourrures et pour refaire un le premier chapitre (catastrophique dans son état actuel, soit dit en passant…).

Là, j’ai un peu plus de temps, et j’ai donc décidé d’employer les grands moyens : la Nuit de l’Écriture qui commence ce soir.
Le principe ? L’administratrice du forum, GabrielleTrompeLaMort, vous l’expliquera bien mieux que moi :

Ça vous dirait, une nuit blanche ?

De 21 heures 30 à 4 heures, je vous propose d’écrire 10 000 mots du texte de votre choix. Les dates seront annoncées dans la partie « Lancements ».

Fanfiction, écrit original, continuer votre roman, terminer un chapitre, en débuter un autre, vous lancer dans le drabble géant… tout est permis, le tout étant d’écrire ! Ce défi est ouvert à tous et à toutes, même les inconnus s’ils en ont envie.

Ça vous tente ?
Si c’est le cas, inscrivez-vous. Vous serez libre de poster votre avancée sur votre LJ ou votre blog perso, mais je vous propose d’effectuer un check point toutes les demi-heures, sur un sujet que je créerai exprès (un par Nuit). L’émulation poussant au dépassement de soi, ça devrait nous être très utile !
Même si vous doutez de parvenir aux 10 000 mots, participez, n’hésitez pas. Le tout c’est d’avancer ensemble !

C’est la troisième fois que je participe, et j’espère bien avancer dans ce roman où j’espère bien terminer le premier jet avant la fin de l’année.

Je vous livrerai un petit compte-rendu après la Nuit histoire de vous tenir au courant. ^^

C’est bien connu, les propriétaires d’animaux de compagnie se doivent de satisfaire aux exigences de ces derniers. Et quand nos amis les bêtes ne sont pas contents, ils râlent à leur façon, ce qui engendre parfois certains problèmes linguistiques et de compréhension avec des maîtres qui donneraient parfois cher si leurs compagnons à quatre pattes pouvaient être un peu plus… humains.

Mais les relations s’arrangeraient-elles pour autant ? Pas sûr… Peut-être pas que ça serait pire, mais en tout cas, certains problèmes pourraient encore persister.

D’ailleurs,  Housepets! (traduisez : « Animaux d’intérieur »)  illustre parfaitement ce qui pourrait se passer, et ce avec humour. Ce webcomic créé en juin 2008 par Rick Griffin, un dessinateur américain qui a un beau coup de crayon.

Comment résumer Housepets! ?  » Une BD tout à fait ordinaire sur les animaux sans aucune surprise que ce soit » affirme l’auteur non sans humour, lequel nous invite à nous faire une idée par nous même directement en consultant le site de son webcomic. Si je devais apporter un peu plus de précisions pour soulager (?) votre frustration, je dirais que les animaux sont bipèdes et doués de parole et que l’histoire est remplie d’un humour léger et de références cachées (comme Calvin et Hobbes), mais laissant aussi place à d’autres émotions. Autre plus appréciable dans le monde impitoyable de webcomics, Housepets! possède le rang « PG », c’est à dire qu’il ne contient ni sexe ou violence crue, ce qui est assez reposant. En plus, le dessin est d’une qualité excellente et avec un rythme de publication de trois strips par semaine, on ne risque pas de s’ennuyer !

Actuellement, voici un des derniers strips publiés, où les personnages les plus présents de la série (la chatte Grape et le chien Peanut) utilisent à leur propre compte les techniques du marketing :

(ne vous étonnez pas du lien vers le forum du comic : la version française n’est pas encore suffisament étoffée pour permettre une publication sur le site principal ;))

A première vue, nous voyons-là les deux amis tenter d’embobiner leur maître pour lui faire acheter des croquettes au goût meilleur (et accessoirement trois fois plus chères ;)).

En réalité, il faut savoir que la nourriture pour animaux soit disant saine distribuée par les grandes marques est généralement inadaptée, voire toxique (j’ai eu un mal fou pour trouver un site fiable en français).

Qui a dit que l’humour ne permettait pas de réfléchir ?

Bonne semaine à tous et à toutes !